PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE L’ANNEE 2018, DE LA COMMISION DEPARTEMENTALE DE POPULATION DU ZOU ET DES COLLINES

Dans le cadre de la célébration au niveau local de la Journée Mondiale de la Population (JMP), La Commission Départementale de Population (CDP) a tenu sa première session ordinaire au titre de l’année 2018, le jeudi 19 juillet, dans la salle de conférence de la Direction Départementale du Plan et du Développement du Zou et des Collines (DDPD-ZC). Elle a connu la participation des membres de ladite commission et de certains cadres de la direction.

Etaient inscrits à l’ordre du jour, des points ci-après :

  • rappel de la mission et des attributions de la CDP ;
  • point des tâches réalisées dans le cadre de la JMP, édition 2018 ;
  • communications et échanges sur le thème de la JMP, édition 2018 ;
  • formulation des recommandations et ;
  • préoccupations diverses.

A la suite de la cérémonie d’ouverture marquée par l’allocution du Directeur Départemental du Plan et du Développement du Zou et des Collines  et de celle du Secrétaire Général de la Préfecture (SGP) d’Abomey, les participants ont eu droit au développement des différents points inscrits à l’ordre du jour notamment le rappel de la mission et  des attributions de la CDP conformément au décret N°2014-532 du 25 août 2014 portant création, attributions, organisation et fonctionnement de la Commission Nationale de Population (CNP), en son article 17 ; et le point des tâches réalisées dans le cadre de la JMP, édition 2018  .

Ce fût ensuite le tour de la communication relative au thème de la JMP : « La planification familiale est un droit humain ». Cette présentation est partie de la définition de la planification familiale, des droits humains, sans oublier le lien entre planification familiale et droit humain pour ensuite déboucher sur les différentes méthodes de planification familiale qui existent avec leurs avantages et contraintes, avant d’aborder pour finir, l’état de la pratique de la planification familiale au Bénin.

A travers cette communication, on peut retenir qu’au Bénin, seulement 12,5% des femmes ont une prévalence pour les méthodes contraceptives dont 5,2% chez l’ensemble des adolescents (enquête MICS 2014, INSAE). Ces chiffres se tiennent encore très loin, au regard de l’engagement pris par le Bénin lors du Partenariat de Ouagadougou, à porter le taux de prévalence contraceptive à 20% en 2018.

A l’issue de ladite présentation, les interventions se sont portées essentiellement sur les difficultés relatives à la mise en œuvre des mesures sociales liées à la planification familiale, notamment les pesanteurs sociologiques (religieuses et socioculturelles).

Il faut noter que ces interventions ont été suivies des recommandations :

  • A l’endroit de la CNP :
  1. –   Plaider pour la nomination des points focaux communaux ;
  2. –   Plaider pour l’actualisation du décret N°2014-532 du 25 août 2014 portant création, attributions, organisation et fonctionnement de la CNP et des CDP en vue de la création de nouvelles structures et de la prise des arrêtés d’application pour leur fonctionnement effectif ;
  3. – Faire un plaidoyer afin de doter les CDP de moyens financiers conséquents pour leur fonctionnement ;
  • A l’endroit de la CDP :
    • Assurer une synergie d’actions de toutes les structures de la CDP ;
    • Faire promouvoir les méthodes traditionnelles de contraception à travers l’organisation des campagnes de sensibilisation.

Les commentaires sont fermés, mais les rétroliens et les pings sont ouverts.