Actualisation du Plan de Contingence National

Le Bénin résolu à se tenir constamment prêt pour sauver des vies en situation d’urgence

Une pluie diluvienne qui provoque des glissements de terrain, des inondations, des éboulements et des coulées de boue dans la nuit du 13 au 14 août 2017 à Freetown en Sierra Leone : Bilan 500 personnes emportées dont 156 enfants. Un commando de quelques hommes armés commet un nouvel attentat dans le centre-ville de Ouagadougou la capitale du Burkina Faso le soir du dimanche 13 aout 2017 : 18 morts et 22 blessés. Ces situations concomitantes dans les pays voisins du Bénin ont été invoquées par le Directeur Général de l’Agence Nationale de Protection Civile (ANPC) pour illustrer la cruelle vulnérabilité de nos pays face aux effets dévastateurs des catastrophes naturelles, accidents, terrorisme et autres crises sociopolitiques. C’était à l’occasion de l’atelier d’actualisation du Plan de Contingence National (PCN) qui a réuni tous les acteurs concernés du 23 au 25 aout 2017 à Grand Popo.

Les crises et les catastrophes naturelles sont des événements dont la survenue crée des situations d’urgence qui nécessitent une organisation rapide et des actions immédiates pour limiter l’ampleur des dégâts. Pour s’y préparer, le Benin s’est doté d’un Plan de Contingence National qui représente le document de planification et de gestion des situations d’urgence potentielles. Tous les ministères ainsi que les agences spécialisées des Nations Unies dont la sollicitation est requise en cas de situation d’urgence sont représentés au sein de la cellule de crise prévue par le PCN. L’identité et les contacts des personnes qu’il faut actionner au sein de ces structures et institutions pour mettre en branle le dispositif de secours et de protection des victimes éventuelles sont répertoriés et actualisés.

La mission assignée à ces acteurs est d’analyser les aléas et les risques, leur impact socio-économique, environnemental et culturel ; de définir à l’avance des mécanismes de gestion et de coordination tant au niveau national que local ; de rechercher les services communs s’occupant de la mobilisation des ressources, de la logistique et de la communication ; de gérer l’information et de développer un plan de réponse immédiate à partir des différents secteurs d’activités que sont : alimentation et nutrition, eau, hygiène et assainissement, santé, communication et média, éducation, protection, abris, vivres et logistique.

C’est pour la neuvième fois que le PCN du Bénin fait l’objet d’une mise à jour annuelle sous l’égide de l’ANPC avec l’appui du Système des Nations Unies au Bénin. Les aléas couverts par ce plan sont par ordre d’occurrence, les inondations/sécheresses, les épidémies, les incendies, le terrorisme/piraterie, la pollution marine/érosion côtière, les vents forts, les risques NRBC (Nucléaire, Radioactif, Biologique et Chimique), les secousses telluriques, les crises socio-politiques et les éboulements/Glissements de terrain.

Pour permettre une gestion plus rapprochée et plus efficace des situations d’urgence, l’ANPC a appuyé les communes dans le processus d’élaboration des Plans de Contingences Communaux (PCC). A cette date, 45 communes sur les 77 que compte le Bénin disposent déjà d’un PCC. La prévention des cas de pertes en vies humaines et des récoltes jadis enregistrées à la suite des crues des fleuves Mono et Niger ainsi que l’organisation des secours en faveurs des sinistrés des inondations font partie des acquis des mécanismes d’alerte précoce et d’information des populations développés par l’ANPC. Le PCN est un instrument utile à la réalisation des Objectifs de Développement Durable (ODD 13 et ODD 14) ainsi que du Programme d’Actions du Gouvernement (Bénin Révélé 2016-2021).

Les commentaires sont fermés, mais les rétroliens et les pings sont ouverts.